Recevez gratuitement notre Newsletter !

Ma lettre confidentielle adressée à Michel Venne, éditorialiste au journal Le Devoir

par Victor Teboul
Ph.D. (Université de Montréal), Directeur, Tolerance.ca®
Affaire Michaud- CONFIDENTIEL-Ne pas publier.
Yahoo/Mess. envoyés
  • victor teboul <victorteboul@yahoo.com>
    À :mvenne@ledevoir.ca
    sam. 16 déc. 2000 à 14 h 29
     
    CONFIDENTIEL. SVP NE PAS PUBLIER.
     
    Monsieur Venne,
     
    Je suis tout à fait d'accord avec votre éditorial, que
    je préfère à celui de M. Alain Dubuc, paru dans La
    Presse d'hier, dans lequel il qualifiait, de façon
    tranchante et excessive, monsieur Michaud d'"homme
    d'extrême-droite".
     
    Les journalistes, mes anciens confrères, devraient
    toutefois dépasser les propos des hommes politiques et
    fouiller davantage leurs dossiers. Dans la même
    édition du Devoir où paraît votre éditorial, madame
    Kathleen Lévesque reprend les propos d'hommes
    politiques (rapportés par les journaux d'hier) et
    affirme que lors d'un entretien sur les ondes de CKAC,
    monsieur Michaud a "banalisé l'Holocauste en
    soulignant que les Juifs ne sont pas les seules
    victimes de génocides". Je me suis procuré la
    retranscription de l'entretien où monsieur Michaud
    parle des Juifs et, sauf erreur, je n'ai rien trouvé
    qui confirme cela.
     
    Par ailleurs, j'ai entendu hier (jeudi), sur les
    ondes de TVA (capté sur Internet), le journaliste
    Michel Vastel déclarer un fait curieux qui mériterait
    peut-être d'être fouillé, à savoir que le communiqué
    de la B'nai Brith qui aurait déclenché toute cette
    controverse, serait parvenu à la tribune de la presse
    parlementaire à Québec, par l'entremise...du Parti
    québécois.     
     
    Pour ma part, je pense que certains stratèges
    péquistes craignent d'être accusés de racisme et sont
    prêts même à s'allier aux Libéraux (et à adopter leur
    vision des choses) pour empêcher que des Richler
    sortent du placard et ternissent la réputation du
    Québec et la cause souverainiste. J'ai autrefois écrit
    sur la question de l'antisémitisme et en sais quelque
    chose.
     
    Aussi, au Québec, certains sujets sont maintenant
    tabous. Nos représentants invoquent la Charte des
    droits et libertés pour bâillonner la liberté
    d'expression, et le président de l'Assemblée nationale
    va même jusqu'à parler "des risques de se faire
    blâmer" que court quinconque ose participer à un débat
    public. Il aurait pu ajouter le mot "ostracisme", car
    c'est bien le sort qui a été réservé à monsieur
    Michaud.
     
    Ce dernier a fait, il faut aussi le reconnaître, une
    bavure en se montrant peu sensible à la mémoire juive
    et en employant un discours suranné, évocateur d'une
    époque où on voyait un complot juif mondial partout,
    lorsqu'il a associé la B'nai Brith à la "phalange
    extrémiste...du sionisme mondial". Mais la réaction à
    ses propos a pris une tournure tout à fait
    disproportionnée. Et s'il est vrai que l'on ne doive
    pas stigmatiser le "vote ethnique", doit-on pour
    autant s'empêcher de s'interroger sur cette réalité? 
     
     
    Cette question, vous vous en doutez, m'intéresse au
    plus haut point. J'ai été directeur du Comité
    Canada-Israël au Québec et fondateur-éditeur de la
    revue Jonathan. J'ai aussi été le directeur des
    communications du Parti québécois dans le comté
    d'Outremont, où se présentait mon ami Salomon Cohen,
    aux élections de 1994.
     
    Mes contributions les plus récentes ont été un roman
    "Que Dieu vous garde de l'homme silencieux..." et un
    texte paru dans le collectif "Juifs et Canadiens
    français dans la société québécoise", publié sous la
    direction de Gérard Bouchard, au printemps dernier, au
    Septentrion.   
     
    Il ne m'arrive pas d'écrire aux journaux, mais je
    trouve que le vote unanime de l'Assemblée nationale,
    c'était "too much".
     
    Vous trouverez d'autres info sur mon auguste personne
    en visitant -comme on dit- mon site :
     
     
    Cordialement,
     
    Victor Teboul
     
    (Tél. 514 488 2735)
    ---------------------------
    Mise en ligne sur ce site le 20 juillet 2020.
     
    À noter que ce monsieur n'a pas daigné répondre à mon message ni n'a-t-il daigné accuser réception. D'autres journalistes, plus humbles, ont la bonne habitude d'apprécier que leurs lecteurs et lectrices leur écrivent en répondant au moyen d'un bref message. Je n'avais pas encore de nom de domaine à mon nom : www.victorteboul.com
     


Réagissez à cet article !

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de VictorTeboul.com. Vous devez lire Les règlements et conditions de VictorTeboul.com et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de VictorTeboul.com.