Recevez gratuitement notre Newsletter !

Article paru dans 50 Ensemble. Le Livre Sépharade, 1959 - 2009. JONATHAN ou l'ouverture à l'Autre

par Victor Teboul
Ph.D. (Université de Montréal), Directeur, Tolerance.ca®

 

 
   
En compagnie de Gérald Godin, poète et ministre au sein du gouvernement Lévesque, printemps 1981, lors d'une interview pour la revue Jonathan. Collection privée Victor Teboul.

par Victor Teboul Ph.D. (Université de Montréal), Directeur, Tolerance.ca®

 
   

 

Publier une revue juive de langue française s’adressant d’abord au public québécois et vendue dans les kiosques des grands centres du Québec, tel était le défi de la revue JONATHAN que j’ai fondée en 1981, lors de ma nomination au poste de directeur du chapitre montréalais du Comité Canada-Israël (1), chapitre qui adoptera, la même année, le nom de Comité Québec-Israël.

JONATHAN avait comme mandat de faire connaître la diversité autant de la société israélienne que québécoise, tout en rendant compte des multiples facettes de l’identité juive.

J’avais publié quatre ans plus tôt l’essai Mythe et images du Juif au Québec, dans lequel je déplorais la perception monolithique qui prédominait alors dans la littérature et les médias québécois sur les Juifs et Israël, et je m’étais fixé comme objectif de faire connaître une autre réalité au public. C’est dans cet esprit que je proposai à la radio de Radio-Canada une série de quatorze émissions sur les Juifs du Québec, série que j’ai préparée et animée en 1982 (2), et à laquelle participèrent plusieurs personnalités québécoises, dont le premier ministre du Québec, M. René Lévesque, qui m’accorda un entretien d’une heure (3).

Ma nomination au sein du Comité Québec-Israël, en tant que directeur de l’organisme et éditeur de JONATHAN, répondait ainsi à mes objectifs. Rappelons que j’avais proposé le nom de la revue JONATHAN en souvenir du colonel Jonathan Netanyahu qui commanda le raid d’Entebbe au cours duquel il perdit la vie (4). Jonathan était le frère de M. Benjamin Netanyahu, qui occupera plus tard le poste de premier ministre d'Israël. Ce dernier reçut avec émotion des exemplaires reliés de la revue lors d’une réception privée qui eut lieu à Montréal en 1984. Il était alors chef de mission adjoint à l’ambassade d’Israël à Washington.